Gestion de la qualité et de l’environnement au Kerzerslauf – maintenant aussi sur sportclic.ch

 

L’organisateur du Kerzerslauf (course de Chiètres) mise sur une gestion de la qualité et de l’environnement (GQE) cohérente. Nous avons parlé avec Jakob Etter, responsable du domaine GQE, de la motivation, de l’investissement et de l’utilité d’une telle démarche. Par ailleurs, le concept GQE de la course de Chiètres est mis gratuitement à la disposition de tous les organisateurs de manifestations sportives suisses sur sportclic.ch.


Image: zVg

Jakob Etter, l’Organisation mondiale de normalisation ISO a certifié le Kerzerslauf selon les normes 9001 et 14001. Sur quoi portent ces normes ?

La norme ISO 9001 s’attache à la qualité. Elle nous impose des lignes directrices claires pour l’organisation, les responsabilités et les relations avec nos « clients », c’est-à-dire les coureurs et leurs accompagnateurs, les spectateurs, les sponsors, les autorités, les auxiliaires, etc. La norme ISO 14001 porte sur le respect de l’environnement et définit les exigences relatives à la gestion des ressources, de la nature, à l’élimination des déchets, à l’achat de matériel, mais aussi à des questions éthiques. Les deux normes se combinent très bien.

Depuis quand le Kerzerslauf est-il certifié ISO ?
Nous avons obtenu la certification ISO 9001 en 2003. En 2005, nous avons complété le système existant en y ajoutant le concept environnemental ISO 14001. Au départ, le terme ISO inspirait beaucoup de scepticisme. Etant donné qu’à l’époque, nous étions dans une phase de restructuration et que nous devions de toute façon nous réorienter, nous avons tout de même pu élaborer le système de gestion de la qualité sans trop de réticences. Aujourd’hui, plus personne ne pourrait imaginer le Kerzerslauf sans les normes ISO.

Pourquoi une gestion de la qualité et de l’environnement (GQE) cohérente vaut-elle la peine pour une manifestation sportive ?

Tout le monde cherche à proposer une manifestation de grande qualité. En tant qu’organisateur, quand on définit des critères mesurables et qu’on les évalue, en engage un processus permanent d’amélioration. La protection de l’environnement et des ressources, l’élimination systématique des déchets et l’utilisation de matériaux respectueux de l’environnement sont des facteurs importants de nos jours pour des manifestations orientées vers l’avenir.

Outre son engagement dans le Kerzerslauf, Jakob Etter est également président du CO des courses de Bienne. A 59 ans, ce natif du Seeland enfile ses chaussures de jogging quatre à cinq fois par semaine et chaque année, il participe à entre 10 et 15 courses en Suisse et à l’étranger.

En quoi la GQE du Kerzerslauf est-elle profitable aux participants, aux autorités, à la population et aux autres groupes cibles ?
Nous offrons aux participants des conditions optimales et adaptées à la course, pour qu’ils se sentent bien. Parallèlement, nous assurons une sécurité maximale. Les sponsors peuvent également en profiter car ils disposent d’un partenaire sûr et fiable. Après la course, le centre du village et le parcours sont laissés dans un état impeccable. Les spectateurs et la population de Chiètres constatent que le montage, le démontage, mais aussi le déroulement de la course sont très bien organisés et se passent sans agitation.

Il y a-t-il une « taille critique » pour qu’une GQE vaille la peine ?
Il faut bien entendu qu’il y ait un équilibre raisonnable entre l’investissement consenti et le résultat obtenu. D’après mon expérience, les manifestations à partir de 4000 participants ou des manifestations de plus grande envergure qui ont un grand impact sur l’environnement, sont particulièrement adaptées à un système de gestion de la qualité et de l’environnement. Il n’y a toutefois pas de limite générale. En fait, un système de GQE a sa place dans toute manifestation.

Celui qui s’intéresse au thème de la GQE est confronté à une foule d’informations, de prescriptions et de normes. Par où et comment vaut-il mieux commencer ?
Les prescriptions, les lois et les règlements existent pour tous les organisateurs, avec ou sans concept GQE. Un bon système de gestion permet de mieux s’y retrouver et de réagir face aux changements. Pour appliquer les normes dans la pratique, il faut assurément commencer par acquérir des connaissances spécialisées.

Plus de 8000 coureurs participent au Kerzerslauf. Quelle est la charge de travail pour un concept GQE lors d’une manifestation de cette envergure ?
C’est très difficile à chiffrer. Si je devais avancer des chiffres, je dirais que la charge de travail pour l’élaboration et l’introduction d’une GQE s’élève à entre 100 et 150 heures. Il faut ajouter à cela les coûts d’un conseiller externe pour une mission de 50 à 80 heures, en fonction de la manifestation.

Quelle mobilisation la GQE nécessite-t-elle en temps normal ?
Il faut compter environ 100 heures pour l’entretien et l’exploitation du système, dont 60 heures chez nous en interne et 40 en externe. Plus les ressources internes sont importantes, plus les dépenses externes diminuent. Les charges financières doivent être examinées au préalable à la lumière d’une analyse approfondie de la situation actuelle.

Une trentaine de mesures environnementales sont mises en œuvre avant, pendant et après le Kerzerslauf. Par ailleurs, le CO s’engage en faveur de mesures de protection de l’environnement en dehors de la course. Pouvez-vous nous donner un exemple de ce type de mesures ?

En collaboration avec l’association Biotopverbund Grosses Moos, le Kerzerslauf a pris en charge son « propre » biotope. Nous nous sommes engagés à l’entretenir et à veiller à sa subsistance. Par ailleurs, nous organisons chaque année une journée de protection de l’environnement.

Pourquoi le CO fournit-il ces efforts supplémentaires ?
Grâce à ces actions supplémentaires, nous voulons témoigner de notre engagement en faveur de l’environnement vers l’extérieur, mais aussi sensibiliser encore plus les auxiliaires aux questions environnementales. Par ailleurs, l’entretien du biotope est une belle activité sociale qui implique un travail manuel dans et sur la nature.

Le manuel GQE du Kerzerslauf est disponible en ligne sur sportclic.ch. Vous le mettez ainsi gratuitement à la disposition d’autres organisateurs de manifestations sportives suisses.
Oui car en définitive, nous n’avons aucun droit d’exclusivité sur ces normes. Pour nous, pour le sport et pour l’environnement, il est utile et souhaitable que d’autres organisateurs relèvent ces défis et travaillent davantage dans cette direction. Si nos documents peuvent servir à cela, le but de sportclic.ch en tant que plate-forme de connaissances et d’échanges est atteint.

La norme ISO 20121 pour les manifestations durables existe depuis 2012. S’agit-il d’une norme supplémentaire que les organisateurs de manifestations sportives doivent prendre en considération ?
La norme ISO 20121 inclut largement les exigences des normes 9001 et 14001. Les organisateurs intéressés peuvent donc appliquer directement la norme 20121 sans passer par les deux autres normes. Pour les manifestations sportives, la nouvelle norme est très intéressante. Elle confère une grande sécurité qui est synonyme de confiance aux organisateurs, mais aussi et surtout aux partenaires des manifestations.

Allez-vous aussi passer à cette nouvelle norme ?
Effectivement, le CO du Kerzerslauf a décidé d’adapter le système de gestion de la qualité et de l’environnement actuel à la norme 20121. Pour ce faire, nous tablons sur une charge de travail de quelque 200 heures pour le CO et de 120 heures pour le conseiller externe.

Kerzerslauf
35e édition : 16 mars 2013
Parcours : 15 km
Gagnant : Edwin Kiptoo (Kenya)
Gagnante : Tabitha Gichia (Kenya)
Nombre de coureurs : 8571
Prochaine édition : 15 mars 2014
Site Internet : www.kerzerslauf.ch

Architecture des processus
News

Manuel à l’intention des responsables médias dans le domaine du sport
Guide pratique pour le travail médiatique des fédérations, des clubs et des organisateurs

A la une

Le leadership dans un club de sport

lire plus >>

Offre de formation